Mes échecs ( fin )

Mes échecs ( fin )

Je ne vais pas raconter un nouvel échec. J’en ai connu beaucoup d’autres. J’en connaîtrais probablement encore le reste de ma vie. Mais aucun de mes échecs ne m’a jamais abattu. Certains ont même été des bénédictions pour moi.

Mes échecs ( troisième partie )

Mes échecs ( troisième partie )

Le 31 janvier 2006, je devins avocat. Un rêve d’enfant accompli. Devant ma mère, ma future femme, les miens. En particulier un Confrere, mon oncle JR, sans doute responsable de cette vocation persistante.

Mes échecs ( première partie )

Mes échecs ( première partie )

Après ma licence en droit, j’ai fait un stage aux Nations Unies, bureau des droits de l’homme. A la fin du stage de deux mois, non rémunéré (aller et retour ligne 11 mais juste de Bon-marché à la Gombe), l’un des quatre stagiaires devait être sélectionné pour une nouvelle période de stage de quatre mois à Yaoundé ( rémunéré cette fois, prise en charge du logement et 400 usd par mois , une somme énorme pour le nouveau diplômé que j’étais).

Mes échecs ( deuxième partie )

Mes échecs ( deuxième partie )

J’avais écrit à Me Raoul KK lui rappelant sa promesse de m’embaucher après les études. Absent de Kinshasa, en droite linge de la défense quelque mois plus tard de sa thèse de doctorat, il me mis sous l’autorité de Me M. avec lequel je me mis en contact.

La boue est vivante. L’asphalte c’est la mort.

La boue est vivante. L’asphalte c’est la mort.

Il y avait une grosse boue. La ville est sale après la pluie. Alors imagine, GAMBELA. La boue était grosse. Pour traverser l’avenue, on avait des planches douteuses et cailloux glissants.

Image

+243858420774.

contact@biatitudes.net
biatitudes@biatitudes.net
infosite@biatitudes.net

Ouvert 7/7

Etre à jour...