Mes échecs ( deuxième partie )

Mes échecs ( deuxième partie )

J’avais écrit à Me Raoul KK lui rappelant sa promesse de m’embaucher après les études. Absent de Kinshasa, en droite linge de la défense quelque mois plus tard de sa thèse de doctorat, il me mis sous l’autorité de Me M. avec lequel je me mis en contact.

Quelques mois surtout à lire des vieux dossiers et les lois (je n’ai jamais autant lu des lois qu’en ce moment là) je passai mon test au barreau de Kinshasa/Gombe. Je le réussis brillamment. Et pour cause, j’étais premier de ma promotion d’environ 220 candidats dont 80 réussites ( j’étais premier avec 15,75/20, mon poursuivant avait 13,5/20). J’avais en ce moment là le moral gonflé en bloc et la confiance qui va avec.

Être avocat avait toujours été mon rêve. J’évitais subtilement les offres d’emplois que telle ou telle autre personne de bonne foi croyait judicieux de mettre sur ma route. Mais il y a des offres qui ne se refusent pas. C’était le cas d’un avis de recrutement de la Banque Centrale. J’étais en couple comme les jeunes disent aujourd’hui. Je ne m’étais jamais rêvé en fonctionnaire de la Banque centrale mais « Muana batu » attendra jusque quand ? Et puis, mon beau-père avait fait sa carrière à la Banque centrale, réussir à me faire engager par la Banque des Banques congolaises aurait son côté symbolique pour ma futur épouse.

Je me retrouve inscrit au concours pour l’accès à la Banque centrale. Premier jour c’est la foule, ça grouille de partout, plus de 5 mille candidats ! Parmi eux, certains ainés qu’étudiants, nous envions car déjà au barreau ! Examen de culture générale et psycho-technique. Pour beaucoup, c’est la bérézina ! Seuls 1500 candidats s’en sortent. J’en suis. Pour moi, ce n’était même pas un exploit ! J’étais lauréat du barreau comme l’écrivait le prof Luzolo sur ses présentations !

Deuxième épreuve : juridique. Sur les 1500 seuls 90 sont retenus ! C’est encore une fois Waterloo pour la majorité des grognards. Mais moi, je ne doute même pas un instant de ma bonne étoile, même en négligeant, je n’avais jamais échoué à une épreuve d’examen quelconque. Je ne me trompais pas. Je suis des 90 retenus !

La troisième épreuve devait me conduire dans la liste des 30 derniers qui devaient passer l’interview. Une formalité pour moi. J’en étais sûr. Je me voyais déjà fonctionnaire de la Banque. Je rêvais déjà dans mes vestes bleues de nuit et mes chemises blanches. Mais cette fois, je me trompais. Cette dernière haie m’a happé ! Je me suis écroulé ! La rage ! Je déteste échouer. Mon épouse le sait. Même les échecs de Fc Barcelone me mettent de très mauvais humeur parfois jusqu’à deux jours.

J’avais échoué à un examen. Je ne voyais pas comment ça pouvait être possible. Mais c’était bien le cas. Je pouvais difficilement crier à l’injustice, certains de mes amis avaient réussi à cette épreuve là aussi. Et pourtant ils n’avaient pas le moindre soutien. Je devais me rendre à l’évidence. Je descendais de ma bulle. D’un extrême à l’autre, je commençais douter de moi.

Mais l’un des avantages de l’échec c’est qu’il ne te laisse pas vraiment le choix. Gamberger n’est pas une option. Il faut se relever ... bah ! Je serai avocat et je réussirai ! Je me le dois et à tous ceux qui croient en moi !

#MesEchecs
#MaVieDAvocat

@Biatitudes,

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Catégories du Blog.

Articles Récents

Réseaux Sociaux

Souscrivez