[Mamale, « tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon *» ]

[Mamale, « tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon *» ]

Chaque fois que je repensais à Mamale, le mot qui me venait à l’esprit était : gâchis. En cela, j’étais tout sauf original. C’est le sentiment quasi général qu’inspirait la carrière de ce virtuose du football.

Pour les plus jeunes ou ceux qui ne s’intéressent que peu au football, Emeka Esanga dit Mamale était un footballeur de génie qui a sévit sur les terrains pour le bonheur de Motema Pembe et des Léopards (il n’a pas laissé un souvenir impérissable dans ses autres clubs). Pour avoir une idée de son style et de sa maîtrise technique, le joueur dont il se rapproche le plus à mon avis c’est Okocha.

Mamale, joueur de rêve avait un défaut cependant. Devant le but, il était d’un manque de réalisme hallucinant. C’était moins une carence technique que le fruit d’un caractère excessivement altruiste, d’une volonté de faire durer le plaisir.

Difficile de ne pas faire le lien avec le déroulé de sa carrière chaotique. Les fleurs colorées de la période DCMP ont donné des fruits fades et décevants. Mamale a souvent donné l’impression que sa carrière était le cadet de ses soucis. On peut même aller jusqu’à dire qu’il a tout fait consciencieusement pour la gâcher.

Hier quand j’ai appris sa mort, ce n’est pas au prétendu gâchis de sa carrière que j’ai pensé. Ni même à son formidable talent technique de joueur qu’aucune limite ne semblait pouvoir contenir. Quand j’ai appris sa mort j’ai pensé à la magnifique joie de vivre qu’il dégageait. Quand il jouait, quand il parlait en jouant, il parlait toujours en jouant, quand il parlait foot, quand il parlait simplement.

Alors, je crois que je vais oublier ce fameux gâchis que je colle à sa vie selon mes propres critères et ne retenir au final que Mamale a eu une vie formidable, qu’il a donné beaucoup de bonheur aux gens, et que surtout il a semblé lui-même souvent très heureux. Il n’a peut-être pas eu une carrière aboutie selon nos critères, mais Mamale a eu une vie beaucoup plus réussie que beaucoup d’entre nous, n’en rêverons jamais. Au final, il a habité le monde de sa manière superbe et singulière, il n’avait pas à le faire à notre façon. Il a dribblé la vie, il en a fait jaillir de la joie pour lui et pour les autres, et ça c’est très abouti comme vie.

@Biatitudes

* titre du Roman de Jean-Paul Dubois, Prix Goncourt 2019.

Commentaires   

# [Mamale, « tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon *» ]Bailey 09-07-2020 00:40
If you want to get a great deal from this paragraph then you have to apply these
strategies to your won website. --- www.achetervendre.eu

my blog post :: mille annonces: http://achetervendre.eu/
Répondre | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Catégories du Blog.

Articles Récents

Réseaux Sociaux

Souscrivez